3€ d’économie par facture : vous y croyez ?

- - 1 réponse

D’ici 2020, toutes les factures entre l’Etat et ses fournisseurs seront dématérialisées.

Vous êtes un des 1 100 000 fournisseurs de l’Etat et vous émettez plus de 20 000 factures par an. Vous serez dans l’obligation d’adapter vos processus de facturation ; votre culture de gestion en sera impactée.

Des processus de facturation à remettre en cause…

L’obligation de la dématérialisation de la facturation au format électronique déclenche une remise en cause du processus de facturation, depuis le dépôt, la réception, la transmission des factures et leur suivi.

Après avoir revu l’organisation autour du traitement des factures via la séparation des droits entre l’ordonnateur (mandatement) et le comptable (liquidation), c’est désormais les flux entrants (factures à payer) et sortants (factures acquittées) et leur transmission d’un bout à l’autre de la chaîne comptable qui doivent faire l’objet d’amélioration.

L’analyse et la modélisation du processus de la facturation permet de mettre en exergue les axes porteurs de valeur ajoutée dans une logique d’optimisation des coûts.

… et une culture de gestion à adapter

La rationalisation des coûts de facturation passe par une nécessaire évolution des pratiques métiers en lien avec la mise en place d’outils de gestion.  Les enjeux consistent à :

  • Minimiser les manipulations des factures papier et le risque d’erreur et de perte,
  • Réduire le temps de traitement par facture,
  • Réduire le délai global de paiement,
  • Diminuer le délai de transmission des factures entre les services,
  • Mettre en place le stockage et l’archivage des factures,
  • Faciliter la circulation et la validation en évitant les délais d’approbation trop longs,
  • Eviter les photocopies et l’envoi par courrier postal …

Un changement de culture se traduit par une révision des pratiques organisationnelles voire par une redistribution des activités dans les services gestionnaires.

Etes-vous prêts pour les échéances de 2017 à 2020 ?

À compter du 1er Janvier 2017 – et par vagues annuelles jusqu’au 1er janvier 2020, toute structure publique (Etat, collectivité locale, établissement public national) se verra, à son tour, dans l’obligation d’émettre et de réceptionner les factures par voie électronique via une plateforme commune.

En termes d’économies, Bercy estime que la mise en place d’une telle solution de dématérialisation génèrerait un gain de 3 € par facture.

A travers notre retour d’expérience chez nos clients, nous constatons ces dernières années que la mise en place de la dématérialisation a nécessairement une incidence sur l’organisation.  Alors, êtes-vous prêts à vous poser les bonnes questions pour faire évoluer votre organisation et adapter vos processus ?

Isabelle, consultante du Cabinet Infhotep

Une réflexion au sujet de « 3€ d’économie par facture : vous y croyez ? »

  1. appvizer

    Bonjour,

    Pour compléter votre article sur la facturation, je rappellerai que l’Etat a rendu obligatoire la facturation électronique.
    Ainsi au 1er janvier 2017, les grandes entreprises (plus de 5000 salariés) et les personnes publiques sont concernées.
    Puis la suite des entreprises selon leur taille vont devoir s’y conformées selon le calendrier suivant :
    – Au 1er janvier 2018 : pour les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) – de 250 à 5 000 salariés
    – Au 1er janvier 2019 : pour les PME (Petites et Moyennes Entreprises) – de 10 à 250 salariés
    – Au 1er janvier 2020 : pour les TPE (Très Petites Entreprises) – moins de 10 salariés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *